F1:Denis Chevrier:Mon avis sur le circuit de Singapour

Circuit : Avec son développé de 5,073km ce circuit est parmi les plus courts du calendrier, le 6°. C’est un des plus sinueux aussi : pas moins de 23 virages.

C’est un circuit urbain typique, c’est à dire tracé dans les avenues de la ville et bordé de murs en béton sur toute sa longueur.

La majorité des virages sont de type « à  90°’’, pas étonnant dans ces conditions que ce soit le deuxième plus lent après Monaco, la moyenne horaire y dépasse à peine 170km/h soit la bagatelle de 80 de moins que le dernier GP à Monza.

Une autre caractéristique des circuits lents est la difficulté à dépasser : Singapour ne fait pas exception et à ce titre la position sur la grille est notablement importante.

La vitesse maximale approche 300km/h dans les deux plus longues lignes droites.

Histoire : Très courte car ce GP 2010 sera seulement la 3e édition. Le premier a toutefois historiquement été le pionnier des GP de F1 à s’être déroulé de nuit. Les infrastructures étant singulières à ce titre avec un éclairage complet de l’intégralité de la piste. L’ambiance créée est particulière et ne manque pas d’attrait. Les pilotes se sont adaptés sans difficulté majeure à ces conditions de luminosité inhabituelles.

Anecdote personnelle: Le maintien « à l’horaire de France’’ pendant tout le séjour à Singapour est une expérience particulière. En effet, les séances et la course étant repoussées tardivement dans la journée elles se retrouvent aux heures « normales’’ en Europe. Ainsi le rythme à l’heure locale est-il de l’ordre de coucher à 5-6h du matin pour réveil vers midi…

Les infrastructures (stands , paddock) sont de très bon niveau.

Souvenir personnel: La déception d’Alonso en 2008 lors de la séance de qualification au cours de laquelle il s’était retrouvé en panne par la faute d’un défaut de la connexion d’essence entre le réservoir et le moteur et sa joie le lendemain sur la plus haute marche du podium ….Les circonstances furent largement réévoquées l’année suivante à l’occasion de ‘’l’Affaire’’ de la sortie de piste intentionnelle de son coéquipier Nelson Piquet Jr…

Conditions atmosphériques :

Altitude : niveau de la mer

Températures : env 30°C…

Hygrométrie : très haute, de très fortes averses possibles même si les premiers GP ont été épargnés…

Aéro : Sans hésitation : appui maximum !

Refroidissement : Peu de surprise à attendre sur le niveau de température ambiante et la parfaite connaissance des caractéristiques de refroidissement des voitures pour ce 15e GP ne laissent pas anticiper de quelconque difficulté. La procession qui peut résulter du bouchonnage d’un groupe par un pilote plus lent est toutefois toujours à prendre en compte lors du choix final des réglages.

Freins : Ils sont continuellement sollicités et le tracé est considéré comme dur pour eux. La masse des voitures en début de course ne va pas leur faciliter la tâche par rapport aux années précédentes.

Moteur : Comme tout circuit dit urbain, le moteur n’est pas lourdement sollicité en puissance pure. Le pourcentage du temps sur le tour en  Pleine Charge (accélérateur à fond) reste sous la barre des 50%.

La progressivité de la délivrance de la puissance est très importante pour participer à la recherche permanente de bonne motricité.

Le temps maxi continu en PC est d’environ 11 sec soit dans la haute moyenne.

Boîte de vitesses : La seconde est le rapport « de base » sur ce circuit et est utilisée pas moins de 9 fois. La première est engagée dans un seul virage. La 7e  est nécessaire en trois occasions.

Suspensions : Certains tronçons étaient bosselés dès le premier GP et d’une année sur l’autre l’évolution peut être à l’amélioration ou à la dégradation : c’est un sujet de découverte dès la visite du circuit à pied, le jeudi en général. La hauteur et l’agressivité particulière des vibreurs doivent aussi être prises en compte dans leurs réglages. De plus, la proximité des murets de béton leur impose parfois des contacts peu propices à leur fiabilité… !

Pneus : Pas de conditions extrêmes à supporter sur ce tracé. Comme tout circuit implanté en ville, l’évolution de l’adhérence est très importante au fil du week end et accompagner l’optimisation des pneus à ces conditions changeantes est un important facteur de performance. Pour le sec, les Medium et les Super Tendres seront proposés cette année par Bridgestone. En cas de forte averse, même les  »extrêmes pluie » ne suffiront pas….

Stratégie :

Influence de la masse embarquée importante: env 0.45 sec /10kg

Coût d’un arrêt n’est pas des plus importants: il en coûtera de l’ordre de 22 sec.

Mots-clés: ,

Laissez un commentaire