F1 : GP d’Abu Dhabi – les étoiles !

Le 32e champion du monde de l’histoire s’appelle donc : Sebastian Vettel ! Et il est le plus jeune champion de l’histoire ! Et il était déjà le plus jeune à avoir disputé un GP, marqué un point, signé une pole et une victoire ! Bref, voici un phénomène qui est déjà au sommet et le déroulement de ce dernier GP nous fait croire que c’est très bien qu’il soit champion…

Avec dix poles et cinq victoires, sans oublier le plus grand nombre de tours en tête, les stats sont là. Le titre n’est pas usurpé, au contraire. En fait, depuis trois GP, force est de constater que Vettel était irrésistible. Japon, Corée, Brésil, il était devant et souverain (pas de chance en Corée). Nous sommes beaucoup à nous être toujours douté qu’il allait effectivement gagner ce GP d’Abu Dhabi, comme si cela allait de soi. Restait juste à savoir si cela suffirait pour être champion du monde, d’où les nombreuses supputations sur un éventuel geste de sa part en fin de course…

Ce que personne n’avait prévu en revanche, c’est la déroute de Webber (pas dans le coup, décevant) et surtout l’incroyable sabordage de Ferrari ! Quand on s’appelle Alonso, qu’on a gagné cinq courses dans l’année, qu’on arrive en tête du championnat, qu’on se qualifie 3e sur la grille, est-ce qu’on a le droit de ne se classer que 7e à plus de 40 secondes du vainqueur ? C’est pourtant l’exploit insensé réalisé par la Scuderia. Une erreur stratégiue incroyable à ce niveau, largement commentée par Jean-Luc Roy et moi-même dans le Debriefing F1 que je vous invite à aller voir…

En tout cas, quelle conclusion de championnat et réjouissons-nous d’avoir cinq champions du monde désormais en F1 !

Les étoiles de Yas Marina :

 - Gagner le titre avec une victoire, après avoir signé la pole, mené 40 tours et ne pas avoir commis la moindre erreur de tout le week-end, chapeau bas !

** : HAMILTON – Un vrai rival pour Vettel durant tout le week-end, le seul sans doute à avoir légitimement pu penser qu’il pourrait aussi gagner. Je me réjouis à l’avance de leurs futures joutes à l’avenir, car ces deux-là ont de l’or dans les mains et les pieds.

** : BUTTON – On n’a jamais cru qu’il avait une vraie chance, mais encore une belle course pleine d’à-propos et de sagesse efficace qui lui permet symboliquement de finir sur le podium, lui le champion du monde déchu. Soit dit en passant, on a bien aimé l’ambiance dudit podium, et bravo aux pilotes McLaren pour leur fair-play face au nouveau champion.

** : KUBICA – Il a fait sa course et il a résisté à Hamilton, obtenant au final une belle 5e place. Un beau sursaut après des qualifs décevantes.

** : PETROV – La course solide qu’on attendait, rien à dire, une superbe résistance alors que dans ses rétros vous aviez les deux premiers du championnat… et sans fausser le jeu s’il vous plait. Les reproches d’Alonso à la fin de la course sont totalement injustifiés et Petrov n’a évidemment rien à se reprocher. On peut penser qu’il a définitivement assuré sa place pour l’an prochain.

** : ALGUERSARI – Je dis juste que terminer à quelques secondes derrière Alonso et Webber dans une course pareille, c’est un exploit, surtout quand on est au volant d’une Toro Rosso. La récompense aussi pour une année où l’Espagnol aura complétement (ou presque) dominé son coéquipier Buemi.

* : ROSBERG – Une seule étoile ? Alors qu’il termine 4e ? Eh bien oui, et ce pour deux raisons : d’abord parce qu’il a un peu loupé ses qualifs, ensuite parce qu’il doit son positionnement final au safety car et à son retour dans les stands pendant la neutralisation. C’était bien joué, certes, et il a tenu le coup. Mais il était seul en piste et n’a été concerné par aucune  bagarre…

Que dire sinon de WEBBER ? Une énorme déception, pas rapide, en dedans. ALONSO ? Trahi par son équipe sans doute, mais passant à côté aussi. MASSA ? Dixième seulement, derrière Alguersari, tout est dit… SCHUMACHER ? On n’aurait pas aimé être à sa place, bien sûr. Mais il est quand même parti en travers comme un bleu…

Le classement final des étoiles après 19 GP : 1. Vettel, Alonso (27 étoiles) ; 3. Hamilton (25) ; 4. Button (19) ; 5. Webber (18) ; 6. Rosberg (17) ; 7. Kubica, Kobayashi (14) ; 9. Petrov (11) ; 10. Sutil (10) ; 11. Massa, Barrichello, Schumacher (9) ; 14. Hulkenberg, Alguersari (7) ; 16. Liuzzi (6) ; 17. Buemi (3) ; 18. De la Rosa, Heidfeld (2) ; 20. Kovalainen (1).

Mots-clés: , , , , , , , , , , , , ,

1 résponse à "F1 : GP d’Abu Dhabi – les étoiles !"

  • David Bénard a écrit:
Laissez un commentaire