Loeb-Hirvonen, une cohabitation pacifique ?

 

Je ne reviendrai pas ici en détail sur la succession d’évènements qui a conduit la direction de Citroën, et celle de Citroën Racing, à libérer, dès cette fin de saison, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia du contrat qui les liait à la marque aux Chevrons pour les années futures. Tout, ou presque, a déjà été dit et écrit sur la question, Eric Briquet s’est longuement exprimé à ce propos, notamment dans notre « Debriefing WRC » que vous êtes de plus en plus nombreux à regarder sur notre site.

Je vais essayer de me projeter dans le futur dès aujourd’hui, et tenter de deviner si le fait de remplacer un rival direct par un autre, même d’une nationalité différente, peut ramener plus de sérénité au sein de l’équipe championne du monde pour la septième fois ? La seule évocation de ce palmarès incroyable, entamé en 2003, suffit à poser le problème. Même si le premier adversaire, pour ne pas dire rival, en sports mécaniques, est toujours son propre équipier, parce qu’il dispose par définition du même matériel et de la même équipe, la situation est toujours exacerbée dès que cette équipe exerce une domination très importante dans le sport concerné.

La preuve : il suffit d’évoquer les périodes qu’ont pu connaître McLaren, Williams ou Ferrari en F1, MV, Honda ou Yamaha en MotoGP, ou encore Alpine, Lancia ou Audi en rallyes. Mais j’insiste, il faut vraiment que cette période de domination soit particulièrement longue, et presque sans partage, pour que les problèmes entre équipiers surviennent. Je dois encore évoquer deux autres critères qui participent au fait de rendre la cohabitation encore plus critique au sein d’une même écurie dominante : les meilleurs pilotes finissent toujours par accéder aux meilleures équipes, et le fait de présenter la même nationalité est encore un facteur aggravant…de surcroît si cette équipe possède la même nationalité que ses pilotes !

Maintenant que le décor est planté, le recrutement d’Hirvonen et Lehtinen en lieu et place d’Ogier et Ingrassia présente au moins un avantage : ils sont Finlandais…et débarquent dans une équipe qu’ils affrontent depuis plusieurs saisons, sans jamais être parvenus à prendre le dessus, sauf pour les titres constructeurs 2006 et 2007 décrochés par Ford, mais pour un pilote, ce n’est pas pareil.

Avec trois titres de vice champions du monde en 2008, 2009 et 2011, Hirvonen et Lehtinen devaient commencer à se dire que jamais ils ne seraient en mesure de devancer Loeb et Elena…sauf à disposer du même matériel. Par ailleurs, les déclarations de l’un et l’autre des deux Seb en cours de saison, l’impatience du plus jeune à détrôner « l’ancien », et le fait que les polémiques engendrées ont, par moment, presque occulté médiatiquement l’excellence des résultats de Citroën, rendaient inévitable le fait de les séparer.

Lorsqu’on lui pose la question Loeb répond qu’il n’a pas été directement consulté à propos du recrutement de son futur équipier, et on peut lui faire totalement confiance.  Pour la direction de Citroën, l’arrivée d’Hirvonen est une double bonne nouvelle : le Finlandais a été le principal adversaire de la marque depuis six saisons, et son recrutement affaiblit obligatoirement Ford. Même si l’arrivée d’Ogier chez Ford aux cotés de Latvala, paraît la solution la plus évidente dans l’immédiat, dès que l’avenir de la marque américaine en rallye sera assuré…

Alors j’en reviens maintenant à la question initiale : cohabitation pacifique chez Citroën en 2012 et 2013 ? Oui, parce que la leçon aura été tirée des atermoiements de 2011. La position de chacun des deux équipages a dû être soigneusement précisée, et la préférence donnée au mieux placé à l’issue d’une partie du championnat futur a dû faire l’objet de précisions chirurgicales, pour ne pas se retrouver avec deux pilotes ne respectant pas toujours, ou alors de mauvaise volonté, les consignes de l’écurie.
On a pu constater, avec Latvala s’effaçant devant Hirvonen dans la deuxième partie de la saison, que les consignes paraissaient appliquées sans trop d’états d’âme chez Ford, le résultat étant que ce même Hirvonen était en mesure de contester le titre à Loeb jusqu’au dernier rallye ! Non, parce qu’on a beau prévoir toutes les situations et essayer de les anticiper, le déroulement des évènements, les incidents, accidents et défaillances mécaniques, peuvent brouiller les cartes et les pistes, et rendre les stratégies d’équipe moins évidentes… Et puis le Finlandais, qui a donc dû s’incliner directement trois fois devant son rival français, aujourd’hui huit fois titré, doit avoir à cœur de démontrer qu’il est capable de le dominer, avec le même matériel entre les mains !

Il ne reste donc plus à espérer qu’Ogier et Ingrassia retrouvent très rapidement une monture à la hauteur de leur talent, et des équipiers, eux aussi Finlandais, Latvala et Anttila, pour que l’affrontement entre Citroën et Ford et leurs équipages de pointe se poursuive au plus haut niveau.
Mais si les Mini poursuivent leur ascension et sont en mesure de venir remporter quelques épreuves en 2012, le duel entre le constructeur français et l’américain, sera peut-être perturbé par un « anglo-germain », en attendant Volkswagen, et d’autres en 2013 ! Voir par ailleurs l’interview de Loeb « Un statut de numéro 1 ne devrait pas être nécessaire ».

Jean-Luc ROY

Mots-clés: , , , , , , ,

4 résponses à "Loeb-Hirvonen, une cohabitation pacifique ?"

  • Benkei a écrit:
  • Steeve a écrit:
  • JEAN a écrit:
  • Steeve a écrit:
Laissez un commentaire