Les étoiles F1 2014 – le verdict

Vous le savez, voici plusieurs années que nous nous amusons à donner des « étoiles » aux pilotes F1 après chaque GP. L’idée est avant tout de donner un reflet de la performance des uns et des autres, tout en la pondérant avec le matériel dont ils disposent ou le contexte de la course et leur réelle attitude. Les notes vont de 0 à 5, cette dernière n’étant attribuée que de manière exceptionnelle. Globalement, une victoire « normale » vaut 3 étoiles, mais il se peut qu’ensuite ce ne soit pas aussi facile. Ainsi, la 9e place de Jules Bianchi à Monaco lui a-t-elle valu un 2 étoiles, là où Hamilton, 2e de cette même course, ne récoltait rien car on a pensé que c’était un résultat sans valeur ajoutée pour lui ce jour-là. Bref, tout ça pour dire qu’après donc une saison 2014 complète, et après 19 GP, nous sommes en mesure de vous donner notre classement de l’année – et vous allez voir qu’il ne correspond pas forcément à la hiérarchie du championnat final…

1. LEWIS HAMILTON – 38 étoiles.
Une moyenne parfaite de 2 étoiles par GP, due avant tout à ses 11 victoires qui lui ont rapporté 33 étoiles quasiment automatiques. Les seules fois où il a également scoré concernent les GP d’Autriche, d’Allemagne et de Hongrie, ces deux derniers étant marqués par ses ennuis en qualification et une belle remontée. Rien à dire donc sur le vainqueur de cette saison, qui a été souvent impérial et plein d’autorité…

2. DANIEL RICCIARDO – 28 étoiles.
Surprise : le 2e de notre classement n’est donc pas le 2e du classement officiel du championnat du monde ! Mais qui honnêtement aurait parié que l’Australien allait signer trois succès en 2014, honnêtement sensationnels à chaque fois, qu’il allait à ce point nous impressionner par sa combativité et ses dépassements ? Compte-tenu du fait qu’il avait juste été promu chez Red Bull, que les essais d’avant-saison avaient été catastrophiques et que son chef de file s’appelait bien Sebastian Vettel, on ne pensait pas à un tel feu d’artifice ! Ricciardo récolte donc les fruits de son irruption au plus haut niveau, et se permet même le luxe d’enregistrer deux fois la meilleure note de l’année : deux 4 étoiles pour ses victoires dans les GP du Canada et de Hongrie, marquées à chaque fois par des dépassements victorieux dans les derniers tours…

3. NICO ROSBERG – 21 étoiles.
A partir du moment où on dispose de la meilleure voiture et qu’on termine 10 fois 2e, il est logique de prétendre que c’était là un résultat somme toute normal et qui ne méritait pas forcément une récompense particulière. Rosberg paie donc le fait de n’être que vice-champion officiel, au volant d’une Mercedes ultra dominatrice. On sait également qu’Hamilton a marqué de son empreinte la deuxième moitié de saison, gagnant 6 des 7 derniers GP – cela se ressent pour Rosberg qui n’a marqué que 4 petits points dans les neuf dernières courses…

4. VALTTERI BOTTAS – 17 étoiles.
Seulement 4 points derrière Rosberg, il était l’outsider parfait, qui s’est également révélé avec ses six podiums cette année. On ne sera donc pas les seuls à lui adresser nos louanges et à lui prédire un grand avenir dans la discipline…

5. JENSON BUTTON – 12 étoiles.
On a beau gloser sur son âge et sur sa supposée faible pointe de vitesse , notre classement reflète quand même une situation plus glorieuse qu’il n’y parait peut-être, avec souvent le sentiment que l’ancien champion du monde a un peu sauvé son équipe tout de même, et plus souvent qu’on aurait cru…

6. SERGIO PEREZ, FELIPE MASSA – 10 étoiles.
Assez logique de retrouver Massa à ce niveau, qui a effectué une bonne saison de retour au quasi premier plan, avec des performances qui sont allées en s’améliorant au fur et à mesure de l’année. En revanche, on imagine que le classement de Perez peut constituer une surprise. Cela veut dire qu’au-delà de la régularité de son coéquipier Hulkenberg (qui parfois devient « normale » avec lui), et de quelques erreurs en piste qui font tâche, le Mexicain est capable d’aller chercher des résultats impressionnants (un podium à Bahrein !) et de montrer une vista qui fait mouche. D’ailleurs, et ce ne sera pas un point contestable, sa fin de saison a été meilleure qu’Hulkenberg et cela se ressent ici…

8. SEBASTIAN VETTEL – 9 étoiles.
La dégringolade évidemment pour le champion du monde en titre, qui aura souffert à tous les niveaux en 2014, notamment par rapport à son coéquipier. Sa deuxième moitié de saison a été plus performante, tout le monde l’aura noté, mais pas au point de revenir aussi régulièrement sur les podiums. Mais c’est vrai qu’au-delà d’un matériel sans doute délicat, c’est aussi l’attitude de l’Allemand qui nous a déçue…

9. NICO HULKENBERG – 8 étoiles.
Il a formidablement démarré la saison (5 étoiles dans les 7 premières courses), puis n’a scoré qu’à trois reprises dans les 12 suivants… suivant en cela une trajectoire quasi inverse de Perez. Le fait est qu’il demeure une valeur évidemment très sûre…

10. FERNANDO ALONSO, JEAN-ERIC VERGNE, KEVIN MAGNUSSEN – 7 étoiles.
Là aussi, grande déception pour Alonso qui n’a scoré qu’à 4 reprises en 19 GP… Il est vrai que la Ferrari n’était pas performante du tout, mais à la différence des années précédentes, même l’Espagnol a parfois donné l’impression de ne pas représenter une énorme plus-value par rapport à sa monture… On ne va pas spécialement le lui reprocher, juste le constater. Du coup, la note finale de Vergne et de Magnussen apparaissent relativement excellentes, et on notera donc qu’un pilote Toro Rosso apparaît au même niveau qu’un pilote McLaren…

13. DANIIL KVYAT – 6 étoiles.
Pas illogique de retrouver l’autre pilote Toro Rosso ici, qui a formidablement bien démarré la saison avant de marquer un peu le pas et de ne pas être en réussite. Reste à savoir si le futur pilote Red Bull aurait dû, quoi qu’il arrive, devancer Vergne dans ce classement, ou si le fait de n’être qu’à un point de lui est déjà superbement prometteur…

14. KIMI RAIKKONEN – 4 étoiles.
C’est peu de dire qu’on attendait mieux de la part de l’ancien champion du monde, et que ce positionnement est même encore pire que son classement officiel final (12e). Le reflet évidemment de notre profonde déception face à cette saison ratée.

15. ROMAIN GROSJEAN, JULES BIANCHI – 2 étoiles.
Les notes de Grosjean sont plus au mérite par rapport à une saison difficile (1 point aux GP d’Espagne et de Monaco) alors que la note de Bianchi a évidemment été obtenue en une fois, grâce à son exceptionnelle 9e place de Monaco.

17. PASTOR MALDONADO – 1 étoile.
Le Vénézuélien sauve l’honneur grâce à son GP des Etats-Unis. On aurait bien aimé le distinguer plus, mais il n’a pas vraiment eu l’occasion de se mettre en évidence, n’est-ce pas ?

Quelques points intéressants pour finir :

- 17 pilotes ont donc scoré au moins une fois. Cela signfie évidemment que MM. Sutil, Gutierrez, Chilton, Ericsson, Kobayashi, Lotterer et Stevens n’ont pas réussi à franchir ce cut…
- Le GP qui a donné le plus d’étoiles a été le GP du Canada, avec le formidable scénario des problèmes Mercedes et de la victoire de Ricciardo : 13 étoiles !
- A contrario, le GP le plus « mou » de la saison, selon nous, a bien été le GP de Malaisie avec 6 petites étoiles seulement (dont 3 à Hamilton)…
- Les deux GP où il y a eu le plus de pilotes récompensés (8) sont l’Australie et le Canada.
- Le pilote qui a le plus scoré est… Daniel Ricciardo ! 15 fois sur 19…

Mots-clés: , ,

Laissez un commentaire